skip to Main Content
Photo3

Etude Spoking Polls pour Insight AM et Fidelity International sur les évolutions du marché de l’assurance vie

Après les études réalisées sur l’ISR et l’épargne retraite pour Deloitte, CPR Asset Management, Aviva, c’est Fidelity International et Insight AM qui ont bien voulu confier une étude d’impact à Spoking Polls sur la cible des CGP.

Insight AM est un cabinet de conseil en stratégie et et conseil marketing dans l’univers de l’Assez Management. Pour cette mission il s’agissait en s’appuyant sur l’agilité des solutions techniques de SP de pouvoir disposer de données opérationnelles et bien sur de faire le point sur les grandes tendances comme nous l’explique Pascal Koenig qui dirige Insight AM.

« Avec la perspective de taux d’intérêts durablement bas, l’assurance-vie s’appuyant sur le fonds en euros ne pouvait plus pleinement respecter sa promesse d’équilibre entre rendement et sécurité. Face à ce contexte, plusieurs assureurs ont imaginé des nouveaux modèles d’épargne pour solliciter leurs clients sur une prise de risque supplémentaire (afin de compenser la baisse des rendements) et offrir une garantie sur l’encours investi moindre. 

L’objectif de l’étude, initiée par Fidelity International était de mesurer la prise de conscience des épargnants face à ce nouvel environnement et d’identifier si les solutions alternatives proposées correspondaient aux attentes des distributeurs de produits financiers et aux épargnants. « 

Les trois constats du renouvellement possible du marché de l’assurance vie

  1. L’absence de culture financière des épargnants français est une légende urbaine, une majorité des épargnants interrogés considéraient que dorénavant le rendement servi sur le Fonds Euros ne pouvait à lui seul permettre de délivrer une performance aux regards des objectifs et projets à long terme des investisseurs. Bien conseillé, un épargnant est à même de faire des choix en toute connaissance de cause.
  2. Les épargnants avertis plébiscitent les UC comme solution alternative à la baisse des rendements du Fonds Euros. L’effritement des marchés boursiers a sans doute été considéré comme une opportunité d’accroitre significativement la proportion d’UC dans les contrats. Les épargnants français ont su acheter au « son du canon ».
  3. Cependant, les conseillers soulignent leur besoin d’une révision des gammes UC mises à leur disposition pour s’adapter pleinement au nouveau contexte de marché et être pleinement en phase avec les attentes affichées des épargnants. »

 

 

Back To Top